La loi de Wolff

Lorsqu’on parle de complications traumatiques liées aux os, on cite souvent l’ostéoporose, et ce à juste titre. Selon la ligue suisse contre le rhumatisme, « l’ostéoporose touche environ 400’000 personnes, majoritairement des femmes ». Cette maladie des os à progression lente peut toucher des sujets jeunes, mais elle affecte principalement les personnes âgées. La ligue rapporte également qu’en Suisse, « la probabilité de subir une fracture à la suite d’une ostéoporose à partir de 50 ans s’élève en moyenne à 51% pour les femmes et à 20% pour les hommes ».

Cet article ne fait guère office d’une description de ce qu’est l’ostéoporose, mais je vous explique une loi primordiale agissant sur l’os, à inclure dans le plan de la prévention et même du traitement (sans fracture). Quand une ostéoporose est diagnostiquée, entretenez-vous avec votre médecin traitant avant de commencer une activité physique. Concernant la prévention, vous en apprendrez plus dans les lignes qui suivent.

 

Explication


La loi de Wolff a été développée par un anatomiste allemand et chirurgien du nom de Julius Wolff au 19ème siècle.

Cette loi affirme qu’un os sain s’adapte aux charges physiologiques auxquelles il est soumis. C’est-à-dire que l’os sain se renforce quand des forces s’exercent sur lui, mais si ces charges tendent à diminuer, il s’affaiblit. L’os se renforce à condition que les charges exercées sur lui se fassent de manière progressive. Le jeu antagoniste entre le renforcement et l’affaiblissement se fait continuellement dans l’os par des cellules spécifiques. Cependant, à un certain âge, ce jeu commence à dévier en faveur des cellules qui dégradent l’os.

Cet affaiblissement est alors la porte d’entrée à la résorption osseuse ; on commence à voir un os plus spongieux sur la partie centrale, ce qui signifie le début de l’ostéopénie, et ensuite l’ostéoporose en cas de non-renforcement de l’os. Il y a donc une étape intermédiaire entre l’os sain et l’ostéoporose.

 

L’activité physique


L’activité physique provoque des contraintes de charges qui vont stimuler le métabolisme osseux et donc renforcer les os. La sollicitation de l’os se fait majoritairement en position debout. Les activités telles que la marche, la randonnée, la course à pied et autres sont à pratiquer quotidiennement afin d’éviter un affaiblissement osseux.

Ces activités physiques vont également améliorer d’autres modalités de la condition physique telles que la musculature, la coordination, la mobilité et l’équilibre, ce qui diminuera le risque de chute. Un os affaibli et un risque de chute élevé sont deux facteurs de risques de fractures, avec les conséquences qui s’ensuivent.

Par ailleurs, le renforcement de la musculature est un excellent moyen de prévenir et de combattre les effets néfastes du vieillissement des os, ainsi que d’améliorer sa condition physique.

Il a également été démontré que les bandes élastiques ont des effets similaires aux poids libres et machines de fitness chez des personnes novices en sport.

 

Conclusion


Le plan d’action d’activité physique se doit d’être progressif et adapté à chacun si vous êtes sujet(te) à un début d’ostéoporose. Si l’ostéoporose est déjà franche, la collaboration avec votre médecin traitant est nécessaire afin d’optimiser la prise en charge. 

En tant que Personal Trainer diplômé, je vous accompagne dans la réalisation de vos entraînements hebdomadaires. Pour cela, il vous suffit de me contacter via l’onglet prévu à cet effet.

Pour finir, concilier marche et renforcement musculaire avec des élastiques semble être la meilleure solution qui s’offre à vous. N’hésitez donc pas à sortir marcher et utiliser des bandes élastiques. Je vous conseille le produit suisse « Pilawalk », qui est une innovation dans ce domaine puisqu’il allie marche avec des bandes élastiques autour des pieds avec une poignée en main. N’hésitez pas à me contacter pour plus d’informations à ce sujet.

 

Références :

Suivez-moi

@fd1coaching

@fd1coaching

contact@fd1coaching.com

+41 79 612 80 06